éducationSociété

Rentrée scolaire 2020-2021: Sous le signe de la Covid19

Le Mali a enfin effectué sa rentrée scolaire de l’année 2020-202 lundi 25 janvier 2021. En pleine crise sanitaire, le dispositif de prévention était la préoccupation principale. Les écoles font de leur mieux pour respecter ces mesures, même si on peut constater quelques difficultés.

Les élèves ont repris le chemin des classes ce lundi matin partout au Mali. Cette rentrée scolaire  2020-21 se déroule sur fond de Covid-19 et des mesures arrêtées par le gouvernement afin d’éviter la propagation du coronavirus. En faisant un tour dans quelques établissements, le constat est que le respect des mesures prises par le gouvernement est effectif. « Pour ce premier jour de la rentrée, tout se passe bien à notre niveau, 90% de l’effectif est déjà là et les élèves sont en classe avec les enseignants pour les cours. On a accueilli les enfants avec tous les dispositifs adéquats », se réjouit Mohamed Lamine Konta, directeur du complexe scolaire FA. BA. Il ajoute que tout a été « fait tout pour respecter les mesures barrières. On a fait des cache-nez en plus de ceux qu’on a eus de la part de l’État pour nos élèves. On les oblige à les porter,  une fois dans la cour de l’école. On a des kits sanitaires devant la porte d’entrée.  On essaie de sensibiliser les parents aussi, et les leçons modèles sont dispensées dans les classes ».

A l’école publique de Magnambougou-Projet 3, le directeur Younoussa H DICKO ne se plaint pas non plus. « La rentrée ici est effective, les enseignants et la majorité des élèves sont présents malgré que beaucoup hésitaient concernant la rentrée d’aujourd’hui ». « On a commencé les cours avec les leçons modèles sur la Covid-19 dispensées par les enseignants dans chaque classe. L’État a envoyé des masques et le port est obligatoire pour chaque élève et chaque enseignant. Il y a aussi des dispositifs de lavage de mains. Il y a également du gel hydro alcoolique. Je crois bien que l’essentiel est là pour nous protéger contre la maladie. » annonce t-il. Il ajoute aussi qu’il y a eu une sensibilisation de la part du directeur du CAP qui est passé avec ses conseillers prodiguer des conseils aux enfants par rapport à la maladie.

Difficultés liées aux mesures barrières

La distanciation physique et le contrôle des élèves constituent des difficultés remarquables pour le moment.  «  Il y a toujours des problèmes quand on travaille avec des enfants. Il faut les harceler pour faire respecter les mesures » déclare le directeur du complexe scolaire FA. BA.  «J’ai commencé le cours ce matin au Lycée Privée CARNOT. Comme difficultés, il y avait des élèves qui n’avaient pas de cache-nez et qui étaient arrêtés devant la porte, vu que l’accès des classes est conditionné au port des masques. Mais le promoteur de l’école a pu solutionner le problème en leur distribuant des cache-nez. La deuxième difficulté, c’est la distanciation physique, respecter la distance d’au moins un mètre est difficile à appliquer,  car les élèves sont assis deux par table-banc, chacun au bout, mais l’espace ne vaut pas un mètre. A part cela, toutes les autres mesures sont respectées » s’exprime Harouna Bagayoko, professeur de Comptabilité dans plusieurs lycées privés. Les mêmes difficultés ont été remarquées par M. Abdramane Diarra, professeur d’Anglais au lycée Babemba : «Les difficultés peuvent être situées au niveau de la distanciation qui risque d’être impossible, vu le nombre pléthorique des élèves dans certaines salles ».

A ces difficultés s’ajoute le fait que les établissements n’ont pas reçu d’autre aide de la part du gouvernement, en dehors des lots de masques. « Toutes les mesures ont été financées sur fonds propres » déplore M. Mohamed Lamine Konta.

Koumba COULIBALY2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page