EconomiePanier de la ménagère

Mali : La grève du pain

« Vous avez trouvé du pain? A combien »… Ces deux phrases sont les plus prononcées ces dernières 24h à Bamako. Et pour cause, une pénurie du précieux aliment prive les Maliens et en particulier les bamakois de leur sandwich quotidien. Les boulangers sont en grève, pour obtenir la baisse du prix de la farine, leur matière première.

C’est un mouvement d’humeur des boulangers du Mali. Ils n’ont pas presque pas produit de pain depuis lundi 01 février 2021. « On dirait qu’ils font le service minimum », explique Mouna, qui brandit deux miches de pain arrachées de haute lutte dans une boulangerie de son quartier. « Il y a du pain mais c’est à 300 francs, au lieu de 250 comme d’habitude », précise Boubacar Sankaré, qui sort à sa suite. A Bamako, avoir du pain n’est pas évident ces derniers jours, dans certaines zones de la capitale, la baguette de 300 grammes est montée jusqu’à 500 francs. « On a décidé de faire cette grève pour lancer l’alerte », explique Cheick Ouologuem, promoteur de boulangerie à Sénou. « Cela fait des mois que nous attirons l’attention de l’Etat à travers le ministère du commerce. Mais, c’est le silence total, alors que nous perdons de l’argent », poursuit notre interlocuteur. Ce dernier précise que les producteurs de farine ont augmenté de 2000 à 2250francs FCFA le prix du sac de 50kg. Une hausse qui se répercute sur le coût de production mais non sur le prix de vente. « Une situation qui ne pouvait pas durer. Il y a deux solutions: soit on augmente le prix du pain, soit on diminue le poids », explique M. Ouologuem.

C’est le consommateur qui paie les pots cassés

« Il y a des solutions », déplore les boulangers qui estiment que l’Etat ne se préoccupe guère de la survie de leurs entreprises ni de celle des consommateurs. La Fédération syndicale des boulangers et pâtissiers du Mali estime que l’on peut « soit subventionner le pain, afin que les boulangers puissent rentabiliser la production, ou exonérer le blé qui est importé et moulu par des usines au Mali ». Aucune de ces options n’est sur la table pour le moment, déplore les syndicalistes.

Ce contentieux date de plusieurs années déja. On se vient qu’il y a deux ans,  du 1er au 2 février 2019, la fédération avait décidé de suspendre la production du pain pendant 48 heures, . Elle exigeait l’application du prix consensuel établi depuis 2007 entre elle et le gouvernement. Il s’agissait déja à l’époque d’un prix de 300 F CFA pour la baguette de 300 grammes et 150 F CFA pour celle de 150 grammes.

En attendant qu’une entente soit trouvée, les consommateurs vont devoir payer les 300 francs que les boulangers annoncent appliquer unilatéralement, soit trouver une alternative au « bourou ni chèfan » du matin.

D. FAKA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page